Prière de Priam à Achille


Priam s'arrête près d'Achille, il lui embrasse les genoux, il lui baise les mains - ces mains terribles, meurtrières, qui lui ont tué tant de fils! "Souviens-toi de ton père, Achille semblable aux dieux. Il est, tout comme moi, au seuil maudit de la vieillesse. Mais il a, lui, cette joie au cour, qu'on lui parle de toi comme d'un vivant et il compte chaque jour voir revenir son fils de Troie.

Mon malheur, à moi, est complet. Mes fils étaient cinquante; la plupart ont eu les genoux rompus par l'ardent Arès. Le seul qui me restait, pour protéger la ville et ses habitants, tu me l'as tué hier. C'est pour lui que je viens, pour te le racheter. Je t'apporte une immense rançon.

Va, respecte les dieux, Achille, et, songeant à ton père, prends pitié de moi. Plus que lui, j'ai droit à la pitié car j'ai osé, moi, ce que jamais encore n'a osé mortel : j'ai porté à mes lèvres les mains de l'homme qui a tué mes enfants."

Homère, Iliade, XXIX v.471 sqq. Passim


Achille