La prédiction d'Hector mourant


Oui, oui, je ne pouvais te persuader, un coeur de fer est en toi. Prends garde seulement que je ne sois pour toi le sujet du courroux céleste, le jour où Pâris et Phoebos Apollon, tout brave que tu es, te donneront la mort devant les portes Scées.

Homère, Iliade, XXII v.365-363


Hector