Naissance d'Alexandre


La nuit précédant celle que <les époux> furent enfermés ensemble dedans leur chambre nuptiale, l'épousée songea que la foudre lui était tombée dedans le ventre et que du coup il s'était allumé un grand feu, lequel vient à se dissoudre en plusieurs flammes qui s'épandirent partout. [...]

Alexandre naquit le sixième jour de juin, [...] auquel jour fut brûlé le temple de Diane en la ville d' Ephèse.[...] Il ne se faut pas émerveiller comment Diane laissa lors brûler son temple, parce qu'elle était assez empêchée à entendre, comme sage-femme, à l'enfantement et à la naissance d'Alexandre ; mais il est bien vrai que tous les prêtres, devins et prophètes, qui alors étaient en Ephèse, estimant que cet embrasement du temple était certain présage de quelque autre grand inconvénient, coururent comme forcenés par la ville [...] en criant que ce jour là il était né quelque grand malheur et quelque grande perte pour l'Asie.

Plutarque, Vie d'Alexandre, traduction d'Amyot, 2, 3 et 3, 5 à 7


Jeunesse d'Alexandre