Siège et chute de Tyr


Pour empêtrer les embarcations qui longeaient les murailles, ils (les Tyriens) avaient lié des harpons à de fortes poutres ; puis ils portaient ces poutres en avant avec des machines et, lâchant inopinément les câbles, ils jetaient poutres et harpons sur l'adversaire..[...] En outre, ils exposaient à la chaleur d'un grand feu des boucliers d'airain qu'ils remplissaient de sable brûlant et de fange bouillante et tout à coup ils les faisaient dévaler du haut des murs. C'était là le fléau le plus redouté : en effet, aussitôt que le sable brûlant avait pénétré entre la cuirasse et le corps, il n'y avait plus aucun moyen de l'expulser : toute la surface atteinte portait des brûlures profondes ; et, en jetant leurs armes et en lacérant tout ce qui pouvait les protéger, les assaillants s'exposaient sans vengeance aux blessures.

Quinte-Curce, Histoires, IV, 3, 24-26


Les conquêtes d'Alexandre