Discours de Darius à ses troupes avant la bataille d'Arbèles


"Naguère maîtres des terres qu'ici baigne l'Océan et que là clôt l'Hellespont, vous devez vous battre non plus pour la gloire, mais pour l'existence, pour ce que vous préférez à l'existence, la liberté. Ce jour consolidera ou détruira un empire tel que notre temps n'en a pas vu de plus vaste. [...] Au point où nous en sommes, il n'y a pas même un endroit où fuir si l'on nous chasse. Cette guerre interminable a tout épuisé derrière nous : les villes n'ont plus d'habitants, les campagnes plus d'agriculteurs.

[...]

J'ai réuni une armée qu'une plaine presque démesurée contient difficilement ; j'ai distribué chevaux et armes ; j'ai pourvu au ravitaillement de cette foule énorme ; j'ai choisi un emplacement où l'armée pût se déployer. Tout le reste dépend de vous : ayez seulement l'audace de vaincre. [...] Nous aurons gagné la guerre si nous gagnons ce combat car, pour eux non plus, pas d'endroit où fuir : ils sont enfermés ici par l'obstacle de l'Euphrate, là par celui du Tigre. [...] Naguère nous portions l'offensive chez les Grecs ; aujourd'hui nous avons à la repousser, dans nos foyers : déconcertantes alternatives de la fortune instable."

Quinte-Curce, Histoires, IV, 14, 9-21 passim


Les conquêtes d'Alexandre