épitaphes de médecins originaires d'Alexandrie

André Bernand, dans le chapitre qu'il consacre aux "plus nombreux" (=les morts), cite de nombreuses épitaphes et épigrammes de médecins originaires d'Alexandrie, les unes trouvées à Alexandrie même, les autres dans d'autres villes du monde gréco-romain. Ces textes illustrent l'importance de l'école d 'Alexandrie, l'esprit voyageur des médecins et leur goût pour les lettres. Nous lui en empruntons quelques unes.

Trouvée à Milan, la triple épitaphe de Dioskoros (= "fils de Zeus") révèle son origine et son art de l'éloquence.

"Il avait pour patrie la toute divine Égypte."

"Ici se trouve le tombeau du très brillant Dioskoros, dont la bouche avait des accents plus doux que le miel"

"Ci-gît un homme savant en l'art de Paeèon et s'élevant au-dessus de tous par le charme de sa parole".

Sur le tombeau de Dorothéos (= cadeau de dieu), enterré à Tithorée dans le Parnasse.

" Dorothéos, ô étranger, ce savant, est caché sous la terre, médecin qui ne quitta la vie qu'en sa vieillesse, lui qu'autrefois mit au monde Alexandrie, sa patrie, baignée par le Nil, où il apprit tout son savoir."



LA MÉDECINE