La vie fastueuse que mènent Antoine et Cléopâtre à Alexandrie.

Cléopâtre et lui avaient formé une association dite de la Vie inimitable, et chaque jour ils s'offraient l'un à l'autre des festins en faisant des dépenses incroyables et sans mesure.
En tout cas, le médecin Philotas d'Amphissa racontait ceci à mon grand-père Lamprias : apprenant alors son art à Alexandrie, il avait lié connaissance avec l'un des cuisiniers royaux
et, en jeune homme qu'il était, il avait accepté son offre de venir contempler les somptueux apprêts du dîner. Introduit dans la cuisine, il vit, entre beaucoup d'autres choses, huit sangliers à la broche. Comme il s'étonnait du nombre des convives, le cuisinier se mit à rire et lui dit : "Les convives ne sont pas nombreux : douze environ, mais il faut que chaque mets soit juste à point, et un instant suffit à le gâter ; or, il se peut qu'Antoine veuille dîner tout de suite ou presque, ou que, si cela se trouve, il remette à plus tard, parce qu'il aura demandé à boire ou qu'il se sera mis à causer avec quelqu'un. Voilà pourquoi ce n'est pas un seul repas, mais plusieurs qu'on apprête à la fois, le moment de servir étant difficile à deviner."

Plutarque, Vie d'Antoine, 28, 2-6



HISTOIRE DIPLOMATIQUE