Une popularité confirmée dans les épreuves

Antoine fut un chef aimé de ses soldats. Sa popularité, déjà signalée au chapitre 4, est confirmée dans les épreuves.

En somme, il semble qu'aucun général en chef de ce temps-là ne réunit une armée plus brillante par la bravoure, l'endurance et la vigueur. Le respect de ces hommes pour leur chef, leur obéissance accompagnée d'affection, l'esprit qui les portait également tous, connus et inconnus, officiers ou simples soldats, à préférer l'estime et la faveur d'Antoine à leur salut et à leur sûreté, ne furent jamais dépassés même chez les Romains d'autrefois. Il y avait à cela plusieurs raisons, que nous avons précédemment signalées : la noble naissance d'Antoine, la force de son éloquence, sa simplicité, sa libéralité, sa munificence, l'agrément de sa conversation et de ses plaisanteries. Dans cette occasion en particulier, la compassion qu'il témoignait aux maux de ses soldats et à leurs souffrances, et le fait qu'il subvenait aux besoins de chacun firent que les malades et les blessés étaient plus empressés à lui obéir que les hommes valides.

Plutarque, Vie d'Antoine, 43, 3 à 6



HISTOIRE DIPLOMATIQUE