Le triomphe d'Antoine sur le roi d'Arménie, Artavasdès (en 34), à Alexandrie.

Plutarque en dit peu de choses.

(Antoine a différé le moment de tirer vengeance de ce roi pour sa trahison. Il a attendu d'avoir reconstitué ses forces). Néanmoins, plus tard, lorsqu'il fit une nouvelle incursion en Arménie, il le persuada, à force de promesses et d'invitations, de se remettre entre ses mains, le retint prisonnier et l'emmena enchaîné à Alexandrie, où il célébra son triomphe, par quoi il fit la plus grande peine aux Romains, en concédant aux Alexandrins, à cause de Cléopâtre, un beau et noble spectacle qui était un privilège de sa patrie.

Plutarque, Vie d'Antoine, 50,6 et 7



HISTOIRE DIPLOMATIQUE