la mort d'Antoine et de Cléopâtre et la réduction de l'Égypte en province romaine

Suétone, dans sa vie d'Auguste (Divus Augustus), raconte la mort d'Antoine et de Cléopâtre et la réduction de l'Égypte en province romaine.

Il (Octavien que Suétone nomme toujours Auguste)) se rendit en Égypte [...], mit le siège devant Alexandrie, où Antoine s'était réfugié avec Cléopâtre, et s'en empara bientôt. Antoine fit une suprême tentative de paix, mais Auguste le contraignit à se tuer et vit son cadavre.
Quant à Cléopâtre, il désirait si vivement la réserver à son triomphe, qu'il fit même venir des psyles pour sucer le venin de sa plaie, car on croyait qu'elle s'était tuée en se faisant mordre par un aspic. À tous deux il accorda l'honneur d'une sépulture commune et fit achever le tombeau qu'ils avaient eux-mêmes commencé [...]
(Octavien fit tuer l'aîné des enfants de Fulvie ainsi que Césarion. Il épargne les enfants d'Antoine et Cléopâtre et même les prend sous sa protection).
Il réduisit l'Égypte en province, puis, afin de la rendre plus fertile et plus apte au ravitaillement de Rome, il fit curer par la main d'oeuvre militaire tous les canaux dans lesquels déborde le Nil, qui s'étaient au cours des siècles engorgés de limon.

Suétone, Vie d'Auguste, XVII et XVIII passim



HISTOIRE DIPLOMATIQUE