Théocrite, Éloge de Ptolémée (XVII).

Il s'agit de Ptolémée Philadelphe.
Commençons par Zeus et finissez par Zeus, Muses, quand nous voulons célébrer par nos chants le plus grand des Immortels ; mais parmi les hommes, que Ptolémée soit nommé en premier et à la fin et au milieu ; car, comparé aux autres, il est le plus éminent. Les héros nés jadis des demi-dieux, après qu'ils eurent accompli de beaux exploits, trouvèrent des chantres habiles ; moi à mon tour, qui sais l'art de bien dire, je suis prêt à louer Ptolémée dans un hymne ; les hymnes font honneur aux Immortels eux-mêmes.
Vers 1-8

Théocrite fait d'abord l'éloge des parents de Ptolémée, Ptolémée I Soter et Bérénice Ière, tous deux élevés au rang des dieux et siégeant dans l'Olympe. Ptolémée lui-même, aimé de Zeus dès sa naissance, "vit dans une large opulence, règne sur un vaste territoire, sur une vaste étendue de mer" (vers 75-76). Suit l'énumération des pays, sur lesquels s'étend la domination du "guerrier Ptolémée", du "brave Ptolémée". Éloge sans mesure de ce grand guerrier, de ce grand bâtisseur, de ce grand protecteur des arts, auxquels président les Muses, de ce fils qui vénère ses parents, pour qui il construit des temples, il élève des statues

Salut, roi Ptolémes. Je te célébrerai à l'égal des autres demi-dieux ; et les paroles que je ferai entendre ne seront pas, je pense, dédaignées de la postérité. Quant aux titres de gloire, Zeus te les donnera !
Vers135-137



LA LITTÉRATURE