Le turbot de Domitien

Au temps où le dernier des Flaviens déchirait l'univers expirant, où Rome était l'esclave du Néron chauve, [...] un turbot de l'Adriatique, stupéfiant de grosseur, vint se prendre dans un filet qu'il remplit. Accroché là, il ne le cédait point pour la taille à ceux qu'emprisonne la glace des Méotides et qu'une fois dissoute aux rayons du soleil elle livre, tout engourdis d'oisiveté et engraissés par les longs frimas, aux rives du Pont impétueux. Le maître de la barque et du filet destine ce monstre au Souverain Pontife (1); mettre en vente ou acheter une telle pièce qui l'oserait ? Les rivages mêmes sont peuplés de délateurs [...] ; tout ce qu'il y a de rare et de remarquable dans l'Océan appartient au fisc, en quelque endroit que cela nage. On donnera donc ce poisson, pour ne pas le perdre. [...]

Le pêcheur arrive au palais de l'empereur et est introduit

"Daigne agréer, dit le Picentin, une chère trop belle pour le foyer de simples citoyens. Fête aujourd'hui ton génie. Hâte-toi de débarrasser de tout fardeau ton estomac. Engloutis ce turbot, réservé au siècle qui est le tien. C'est lui-même qui a voulu se faire prendre." Quelle flatterie plus grossière? Et pourtant la crête s'en dressait d'orgueil à l'empereur. [...] Mais il n'y avait point de plat à la mesure du poisson. On appelle au Conseil les grands.....

Ceux-ci arrivent et en voici un qui donne son avis :

Personne ne s'émerveilla plus que lui à la vue du turbot. Il débita maints éloges en se tournant à gauche alors que le poisson était à droite. [...] Il se met à prophétiser : "Voilà, déclare-t-il, le présage magnifique d'un grand et mémorable triomphe. Tu feras quelque roi prisonnier. Ou bien Arviragus tombera de son char breton. Le monstre vient de loin : voyez-vous les écailles qui se hérissent sur son dos ?" Un peu plus, il aurait dit le pays et l'âge du turbot !

"Qu'en pensez-vous ? Faut-il le couper en morceaux ?"

"Loin de lui un tel affront, s'écrie Montanus. Qu'on fabrique un bassin assez profond pour recevoir dans ses minces parois ces replis gigantesques. Un tel plat veut que s'improvise un fameux Prométhée. Que l'on prépare au plus tôt l'argile et la roue. À compter d'aujourd'hui, ô César, que des potiers suivent ta cour !" Cet avis, digne de son auteur, prévalut....

(1) Titre que l'empereur Domitien s'était donné.

Juvénal, Satires, IV, passim



Les Provisions chez les Romains