Peu de détails sur la nourriture des héros homériques

Homère qui donne à l'Hellespont l'épithète de "poissonneux", qui fait des Phéaciens un peuple des plus navigateurs, qui connaît plusieurs ports à Ithaque et beaucoup d'îles voisines où il y avait foison de poissons et d'oiseaux sauvages, qui porte au compte de la prospérité que la mer fournisse du poisson, n'en fait cependant manger à personne. D'autre part, il ne fait même jamais servir de fruits, quoiqu'il les dise abondants et se plaise à les mentionner et à les dire perpétuellement soustraits à la mort. [...] Mais d'ailleurs, il ne montre pas davantage de héros portant des couronnes ou se parfumant, pas plus que brûlant des parfums, mais, délivrant de tout cela les hommes, c'est d'après la liberté et l'indépendance qu'il choisit les caractères. Aux dieux eux-mêmes il attribue un régime simple : nectar et ambroisie.

Athénée, Deipnosophistes, I, 9, d-f


Les repas de tous les jours : leur déroulement chez les grecs