Petit rouget et grand rouget

Philoxène, le poète de Cythère, passionné pour la mangeaille, dînait un jour chez Denys [de Syracuse], quand il s'aperçut qu'on avait servi au tyran un gros rouget et à lui un petit ; prenant celui-ci dans ses mains, il l'approcha de son oreille. À la question de Denys : Pourquoi cela ? il répondit qu'écrivant sa Galatée , il voulait tirer de ce rouget quelques informations à propos de Nérée, mais l'interrogé avait répondu avoir été pris trop jeune, aussi ne pouvait-il être au courant ; mais celui qu'on avait servi à Denys, plus âgé, savait parfaitement tout ce que lui voulait apprendre. Denys se mit à rire et fit passer à Philoxène le rouget qu'il avait devant lui (1).

(1) cf. La Fontaine : Le rieur et les poissons, VIII, 8

Athénée, Deipnosophistes, I, 11


Les repas de tous les jours : leur déroulement chez les grecs