Une salle à manger d'été

Un lit de table (1) en marbre blanc est ombragé par une treille ; cette treille est supportée par quatre petites colonnes en marbre de Caryste. Du lit de table, comme si le poids de celui qui y a pris place la faisait jaillir, des tuyaux versent de l'eau qui tombe sur une dalle creusée et que retient ensuite un bassin de marbre finement travaillé qui, grâce à un invisible aménagement, reste plein sans déborder. Le plateau des entrées et les plats lourds se déposent sur le rebord, les plats légers flottent de-ci de-là sur des vases représentant de petits bateaux et des oiseaux. En face, une fontaine donne de l'eau et la recueille ensuite, car lancée en l'air cette eau retombe sur elle-même, puis un système d'ouvertures l'absorbe et la fait disparaître. En face du lit de table une petite construction lui donne et en reçoit à la fois de l'agrément. Elle brille de l'éclat du marbre, des portes en saillie la prolongent et la terminent dans la verdure.

(1) En fait, un stibadium ou sigma (cf. texte suivant)

Pline le jeune, Lettres, V, 6, 36-38


Les repas de tous les jours : leur déroulement chez les Romains