Un "numéro" bien réussi

"Pour le moment [dit Socrate] achevons de regarder ce qui est sous nos yeux. je vois que la danseuse est là debout ; on lui apporte des cerceaux." Sur ce, l'autre jeune fille se mit à jouer de la flûte pour accompagner la danseuse, cependant que quelqu'un, à côté d'elle, lui tendait les cerceaux ; il y en avait douze. Elle les prenait, et tout en dansant les lançait en l'air en les faisant tournoyer, calculant la hauteur à laquelle elle devait les lancer pour les recevoir en mesure. [...] Un cercle fut ensuite apporté dont le pourtour intérieur était entièrement garni d'épées dressées. La danseuse faisait la culbute en avant entre ces épées, puis la refaisait en arrière en les franchissant à nouveau, si bien que les spectateurs craignaient qu'elle ne se blessât ; mais elle accomplissait ce tour avec assurance et sans nul accroc. Socrate alors interpella Antisthène et lui dit : "Non vraiment, je ne pense pas que ceux qui voient ce spectacle veuillent encore contester que le courage puisse aussi s'enseigner, du moment que cette danseuse, toute femme qu'elle est, s'élance si hardiment à travers ces épées."

Xénophon, Banquet, II, 8 et11-12


Les repas de fête chez les Grecs