Un empereur glouton

Il donna constamment de grands festins, en général dans de vastes espaces découverts où il réunissait bien souvent six cents convives. Il en offrit même un sur le canal d'écoulement du lac Fucin et faillit y être noyé, car les eaux s'échappant avec impétuosité débordèrent. À tous ses dîners il admettait aussi ses enfants, ainsi que des jeunes gens et des jeunes filles de haute naissance qui, suivant l'usage d'autrefois, prenaient leur repas assis au pied des lits. [...]

Toujours disposé à manger et à boire, quels que fussent l'heure et le lieu, un jour qu'il jugeait dans le forum d'Auguste, il fut alléché par le fumet d'un repas que l'on apprêtait pour les Saliens dans le temple de Mars, tout voisin : quittant alors son tribunal, il monta chez ces prêtres et se mit à table avec eux. Il ne sortit pour ainsi dire jamais de la salle à manger sans être bourré de victuailles et gorgé de vin, de sorte qu'aussitôt après, tandis qu'il dormait étendu sur le dos et la bouche ouverte, on devait lui introduire une plume dans le gosier pour dégager son estomac.

Suétone, Vies des douze Césars, Claude, 32-33


Les repas de fête chez les Romains