Mort d'Apicius

Tu avais déjà, Apicius, sacrifié deux fois trente millions de sesterces à ta gourmandise, et il t'en restait encore une bonne dizaine de millions. Ne pouvant te faire à une situation qui représentait pour toi la faim et la soif, tu as avalé suprême breuvage ! une coupe de poison. Jamais, Apicius, tu ne te montras plus gourmand.

Martial, Épigrammes, III, 22


Les repas de fête chez les Romains