Deux poids, deux mesures...

Du moment que tu m'invites à ta table [...] pourquoi ne me présente-t-on pas les mêmes plats qu'à toi ? Toi, tu avales des huîtres engraissées dans le lac Lucrin ; moi, je suce une moule dont j'ai incisé la coquille. On te sert des bolets ; je dois me contenter des champignons dont on nourrit les porcs. Tu es aux prises avec un turbot ; moi, avec une brême. Toi, tu t'emplis la panse de l'énorme croupion d'une tourterelle jaune de graisse ; à moi, on me sert une pie morte dans sa cage. Pourquoi faut-il que je dîne sans toi, Ponticus, quand je dîne avec toi ?

Martial, Épigrammes, III, 60


Les repas de tous les jours : leur déroulement chez les Romains