Un magnifique festin (4)

Vint un dressoir portant un sanglier de première grandeur, et, qui plus est, coiffé d'un bonnet d'affranchi. À ses défenses pendaient deux corbeilles en feuilles de palmier, remplies l'une de dattes fraîches, l'autre de dattes sèches. Tout autour de la bête, se pressaient de petits marcassins faits de pâte dure, qui semblaient suspendus à ses mamelles, indiquant par là que c'était une laie. Les petits furent distribués pour être emportés. Mais pour trancher cette pièce on ne vit point s'avancer le Coupez qui avait dépecé les poulardes, mais un géant barbu, les jambes serrées dans des bandes molletières, et vêtu d'un paletot de chasse en damas. Notre homme, tirant son couteau, en frappa violemment le flanc du sanglier, d'où ce coup fit envoler des grives. Des oiseleurs étaient là postés avec des gluaux, et ils eurent vite fait d'attraper les pauvres bêtes qui volaient effarées autour du triclinium.

Pétrone, Satiricon, XL


Les repas de fête chez les Romains