Discussion "philosophique" au cour d'un repas

" Mais quel est, selon vous, nous dit-il, après celui des lettres, le métier le plus difficile ? Pour ma part, je crois que c'est celui de médecin ou de changeur : le médecin, parce qu'il sait ce que les pauvres humains ont dans le ventre, et quand doit venir la fièvre quoique j'ai en horreur ces gens qui ne font que m'ordonner de la viande de canard ; le changeur, parce qu'il sait découvrir le bronze à travers la couche d'argent. Car pour les animaux privés de la parole, les plus courageux sont les boeufs et les moutons : les boeufs dont le labeur nous fait manger du pain ; les moutons, qui nous habillent de leur laine avec laquelle nous faisons les farauds. Et ce qu'il y a de plus indigne, c'est qu'on mange la viande et qu'on a la tunique par surcroît. Quant aux abeilles, je les considère comme des bêtes divines, car c'est leur bouche qui nous donne le miel, encore qu'elles passent pour le tenir de Jupiter ; et si elles piquent, c'est qu'il n'y a point de douceur qui ne se trouve mélangée d'amertume."

Pétrone, Satiricon, 56


Les repas de fête chez les Romains