Tavernes, auberges et restaurants

Ne nous imaginons pas les Grecs ou les Romains fréquenter des "restaurants" pour y prendre leurs repas ou y inviter quelques amis. L'antiquité a ignoré ce genre de comportement : on prend ses repas chez soi, on reçoit chez soi. Nous avons vu que le Grec achète parfois quelques provisions à un marchand ambulant ou chez un charcutier. L'archéologie a retrouvé mainte trace de boutiques en Grèce mais aucune de tavernes. En revanche, Pompéi et surtout Herculaneum nous ont gardé le souvenir d'établissements qui ressemblent à des restaurants ou des tavernes (popina). Ces établissements (souvent une simple pièce donnant directement sur la rue) proposent surtout des boissons ; mais parfois une sorte de salle à manger est aménagée au premier étage. Pour des familles de condition modeste et qui ne possèdent pas de véritable cuisine, les tavernes ont une grande importance : on peut y consommer des plats chauds, ou même en emporter chez soi. Une grande variété de plats y est proposée (soupes, fruits de mer, ragoûts de viande, charcuteries variées...) et on y sert du vin, mélangé avec de l'eau, parfumé d'herbes, de miel ou de résine. À Rome il y a même, semble-t-il, de véritables restaurants ; un très bel exemplaire, en tout cas, a été retrouvé à Ostie : grand comptoir de marbre, deux éviers pour laver la vaisselle, peinture murale indiquant les aliments disponibles. Les clients peuvent s'installer, assis sur des bancs à l'intérieur, ou même dans une petite cour intérieure. Les représentations iconographiques que nous fournit l'archéologie, à partir du deuxième siècle ap. J.-C. jusqu'au quatrième, prouvent que ces tavernes et restaurants se sont développés au cours du Haut et Bas Empire ; on y voit même des lits de table.

Néanmoins c'est surtout au cours de voyages que les Anciens sont amenés à fréquenter ces établissements, même si, quand on voyage, on est généralement reçu par un parent, un ami ou un hôte à qui on vous a recommandé : les lois de l'hospitalité chez les Grecs, puis chez les Romains sont impérieuses. Quand le voyage est long, certains riches font des étapes dans leurs propriétés. Lorsque l'on n'a aucune relation dans le pays traversé, force est alors de pénétrer dans une taverne pour y manger ou une auberge (caupona) pour y trouver un gîte. Mais ces endroits ont plutôt mauvaise réputation.(Juvénal, Satires)..(cf. "Le voyage dans l'Antiquité").


L'ALIMENTATION ET LA CUISINE DANS L'ANTIQUITÉ