La jalousie d'Aphrodite


(Psyché, en raison de son extraordinaire beauté, est adorée comme une nouvelle Vénus...)

Cet extravagant transfert des honneurs célestes au culte d'une mortelle enflamme d'une violente colère la véritable Vénus. Elle ne peut contenir son indignation ; elle secoue la tête en frémissant jusqu'au fond de son être et se tient à elle-même ce langage : " Ainsi moi, mère antique de la nature, origine première des éléments, nourricière de l'univers, Vénus, on me réduit à cette condition de partager avec une mortelle les honneurs dus à ma majesté. [...] Mais elle ne se réjouira pas longtemps, quelle qu'elle soit, d'avoir usurpé mes honneurs ; je saurai de cette beauté même à laquelle elle n'a point droit faire en sorte qu'elle se repente." Et elle appelle sur le champ son fils. [...] " Je t'en conjure, [...] venge celle qui t'a donné le jour, mais venge-la pleinement. [...] Consens seulement [...] à faire en sorte que cette vierge s'éprenne d'un ardent amour pour le dernier des hommes, un homme [...] si abject en un mot que dans le monde entier il ne trouve pas son pareil en misère."

Apulée, Métamorphoses, IV, 30-31


Aphrodite