L'accueil d'Aphrodite

Je chanterai la belle Aphrodite à la couronne d'or, la déesse vénérée qui a pour apanage tous les hauts lieux de Chypre, l'île marine où le souffle puissant de l'humide Zéphyr la porta, sur les vagues de la mer mugissante, dans la molle écume : les Heures au diadème d'or l'accueillirent avec joie et lui donnèrent des vêtements immortels. Sur sa tête divine elles placèrent une belle couronne d'or finement ciselée ; elles mirent à ses oreilles, dans les trous de leurs lobes, des fleurs d'orichalque et d'or précieux ; elles ornèrent son tendre col et sa gorge éclatante de ces colliers d'or dont se paraient elles-mêmes les Heures au diadème d'or, quand elles allaient se joindre au choeur charmant des Dieux, dans la demeure de leur père. Après avoir revêtu son corps de toutes ces parures, elles la menèrent chez les Immortels. Ils l'accueillirent avec joie et tendirent leurs mains vers elle : chacun d'eux désirait faire d'elle sa légitime épouse et l'emmener en sa maison, tant ils admiraient la beauté de Cythérée couronnée de violettes.

Homère, Hymne à Aphrodite II, v. 1-18



Aphrodite