Naissance d'Apollon


Léto fut saisie par les douleurs ; jetant ses bras autour du palmier, elle enfonça ses genoux dans l'herbe tendre, sous elle, la terre sourit. Hors du sein maternel, tu jaillis à la lumière. C'est alors, Phoïbos, que les déesses de leurs mains pures et sans tache, te baignèrent dans une eau claire ; elles t'enveloppèrent dans du linge blanc, fin et tout neuf et t'entourèrent de bandelettes d'or.

Apollon au glaive d'or ne fut point allaité par sa mère, mais Thémis préleva pour lui la fleur du nectar et de l'ambroisie délicieuse. Mais après que tu eus consommé l'aliment immortel, tu dis aux immortelles : "Qu'on me donne ma lyre et mon arc recourbé; je révélerai aussi dans mes oracles les desseins infaillibles de Zeus."

Homère, Hymne à Apollon, 115 sqq


Apollon