Turnus, semblable à Mars

Il (Turnus) vole et de robustes hommes descendent en grand nombre aux Enfers. Il en renverse beaucoup qui sont à demi-morts ; il écrase des bataillons sous les roues de son char et accable les fuyards de javelots lancés à la hâte. Lorsque, rapide sur les bords de l'Hèbre glacé, le sanglant Mars fait retentir son bouclier et, déchaînant la guerre, lâche la bride à ses chevaux furieux, ceux-ci dans la plaine ouverte dépassent en volant le Notus et le Zéphyr ; les profondeurs de la Thrace gémissent sous leurs sabots ; autour d'eux se presse le cortège du dieu, l'Épouvante au noir visage, la Colère et les Embûches : de même, l'impétueux Turnus pousse dans la mêlée ses chevaux fumant de sueur...

Virgile, Énéide, XII, v. 328-340


Mars