Méfie-toi, Hector ! Les vieillards sont fous d'Hélène ...

Giraudoux s'est souvenu d'Homère dans le passage suivant, mais ses vieillards ne sont pas aussi raisonnables que ceux d'Homère : Pâris refuse de rendre Hélène à Ménélas, mais Hector ne veut pas faire la guerre pour défendre la jeune Grecque ...

Cassandre : Méfie-toi, Hector ! Priam est fou d'Hélène. Il livrerait plutôt ses filles.
Hector : Que racontes-tu là ?
Pâris : Pour une fois qu'elle dit le présent au lieu de l'avenir, c'est la vérité.
Cassandre : Et tous nos frères, et tous nos oncles, et tous nos arrière-grands-oncles ! ... Hélène a une garde d'honneur, qui assemble tous nos vieillards. Regarde. C'est l'heure de sa promenade ... Vois aux créneaux toutes ces têtes à barbe blanche ... On dirait les cigognes caquetant sur les remparts.
Hector : Beau spectacle. Les barbes sont blanches et les visages rouges.
Cassandre : Oui. C'est la congestion. Ils devraient être à la porte du Scamandre, par où entrent nos troupes et la victoire. Non, ils sont aux portes Scées, par où sort Hélène.
Hector : Les voilà qui se penchent tout d'un coup, comme les cigognes quand passe un rat.
Cassandre : C'est Hélène qui passe ...
Pâris : Ah ! oui ?
Cassandre : Elle est sur la seconde terrasse. Elle rajuste sa sandale, debout, prenant bien soin de croiser haut la jambe.
Hector : Incroyable. Tous les vieillards de Troie sont là à la regarder d'en haut.
Cassandre : Non. Les plus malins regardent d'en bas.
Cris au-dehors : Vive la Beauté !
Hector : Que crient-ils ?
Pâris : Ils crient : "Vive la Beauté !"
Cassandre : Je suis de leur avis. Qu'ils meurent vite.
Cris au-dehors : Vive Vénus !

Giraudoux, La Guerre de Troie n'aura pas lieu, I, IV



Le témoignage des récits homériques