Un songe de Charlemagne

Dans les chansons de geste médiévales, nous trouvons des songes qui rappellent tout à fait ceux des épopées antiques ; voici un songe qui annonce à l'empereur Charlemagne ce qui l'attend après la défaite de Roland et Olivier à Roncevaux.

Charles dort en homme qu'un tourment travaille. Dieu lui a envoyé saint Gabriel ; il lui commande de garder l'empereur. L'ange se tient toute la nuit à son chevet. Par une vision, il lui annonce une bataille qui lui sera livrée. Il la lui montre par des signes funestes. Charles a levé son regard vers le ciel ; il y voit les tonnerres et les vents et les gelées, et les orages et les tempêtes prodigieuses, un appareil de feux et de flammes, qui soudainement choit sur toute son armée. Les lances de frêne et de pommier s'embrasent, et les écus jusqu'à leurs boucles d'or pur. Les hampes des épieux tranchants éclatent, les hauberts et les heaumes d'acier se tordent ; Charles voit ses chevaliers en grande détresse. Puis des ours et des léopards veulent les dévorer, des serpents et des guivres, des dragons et des démons. Et plus de trente milliers de griffons sont là, qui tous fondent sur les Français. Et les Français crient : "Charlemagne, à notre aide !" Le roi est ému de douleur et de pitié ; il veut y aller, mais il est empêché. D'une forêt vient conte lui un grand lion, plein de rage, d'orgueil et de hardiesse. Le lion s'en prend à sa personne même et l'attaque : tous deux pour lutter se prennent corps à corps. Mais Charles ne sait qui est dessus, qui est dessous. L'empereur ne s'est pas réveillé.

Chanson de Roland, laisse CLXXXV
Traduction de Joseph Bédier



Le témoignage des récits homériques