Pas de pitié pour un Troyen !

Diomède s'adresse à l'espion troyen Dolon, qui vient d'expliquer la mission que lui avait confiée Hector.

"Ne te mets pas en tête que tu puisses échapper, Dolon. Ton rapport est utile ; mais tu es dans nos mains. Si, aujourd'hui, nous te rendions et si nous te laissions aller, tu reviendrais quelque autre jour aux fines nefs des Achéens, soit pour espionner, soit même pour nous tenir tète au combat. Mais que tu expires, dompté par mon bras, du même coup tu cesses d'être un fléau pour les Argiens."

Il dit ; et Dolon s'apprête, de sa forte main, à toucher son menton pour le supplier, quand Diomède bondit, sa courte épée au poing, le frappe en plein cou et lui tranche les deux tendons. Il cherche encore à parler que déjà sa tête est dans la poussière.

Homère, Iliade, X, v. 447-457


Avant les combats