Chacun derrière son chef

Aussi nombreux que les mouches compactes, voletant à travers une étable à brebis, dans les jours de printemps, quand le lait remplit les vases, les Achéens chevelus s'installent, face aux Troyens, dans la plaine, avides de les détruire.

De même que les chevriers menant d'amples troupeaux de chèvres n'ont nulle peine à reformer chacun le sien, lorsqu'ils se sont mêlés en pâturant, de même les chefs rangent leurs hommes, les uns ici, les autres là, pour marcher à la mêlée.

Homère Iliade, II, v. 469-477


Les mêlées dans la plaine