La nuit interrompt le combat

Idée, un sage héraut, invite Ajax et Hector à mettre fin à leur combat.

"Arrêtez là, enfants, la lutte et la bataille. Vous êtes, tous les deux, chéris de Zeus, assembleur de nuées ; vous êtes, tous deux, des guerriers : cela, nous le savons tous. Mais voici la nuit : la nuit aussi mérite qu'on l'écoute."

Le fils de Télamon, Ajax, alors réplique :
"Idée, c'est Hector qu'il vous faut inviter à parler de la sorte ; Hector a défié tous les preux au combat : qu'il donne le signal. Je suis, moi, tout prêt à faire ce qu'Hector dira."
Le grand Hector au casque étincelant réplique :
"Ajax, puisque le ciel t'a octroyé la grandeur et la force, sans compter la sagesse, et qu'à la javeline tu es le premier des Achéens, eh bien ! pour l'instant - pour aujourd'hui arrêtons là le combat, le carnage. Nous combattrons plus tard, jusqu'au jour où le ciel nous départagera et à un de nos deux peuples accordera la victoire. Voici déjà la nuit : la nuit aussi mérite qu'on l'écoute. Tu pourras aller près des nefs réjouir tous les Achéens tes amis surtout et tes camarades. Moi, dans la grande ville de sire Priam, je réjouirai les Troyens comme les Troyennes aux robes traînantes, qui, pour y porter mes actions de grâces, pénétreront dans l'assemblée des dieux. Allons ! faisons-nous l'un à l'autre de glorieux présents. Ainsi chacun dira, chez les Troyens et chez les Achéens, : "Tous deux se sont battus pour la querelle qui dévore les coeurs et se sont séparés après avoir formé un amical accord."
Ces mots dits, il donne à l'autre une épée à clous d'argent, qu'il apporte avec son fourreau et son baudrier bien taillé, tandis qu'Ajax lui offre une ceinture où éclate la pourpre. Puis ils se séparent ; l'un se dirige vers l'armée des Achéens, l'autre s'en va vers la foule des Troyens.

Homère, Iliade, VII, v. 279-307


Les combats des héros