Une fuite burlesque

Scarron fait raconter par Énée la même scène que Virgile, mais en 'travestissant' l'épopée en une réalité banale, voire vulgaire.

"L'un prit un poêlon, l'autre un sceau,
L'un un plat et l'autre un boisseau (1)
Je me nantis comme les autres
Je mis les unes sur les autres
Six chemises, dont mon pourpoint
Fut trop juste de plus d'un point.
On n'oublia pas les cassettes,
Mon fils se chargea des mouchettes (2)
Mon père prit nos dieux en main ;
Car, quant à moi, de sang humain
Ma dextre avait été souillée ;
Devant qu'avoir été mouillée
Dans plusieurs eaux quatre ou cinq fois
Et s'être fait l'ongle de ses doigts,
Je n'eusse pas osé les prendre.
Quiconque eut osé l'entreprendre
Eût bientôt été loup-garou
Je n'étais donc pas assez fou.
Enfin, sur mon dos fort et large,
Mon bon père Anchise je charge,
D'une peau de lion couvert,
Et, de peur d'être pris sans vert (3)
Au côté ma dague tranchante.
L'affaire était un peu pressante,
Car le mal s'approchait de nous.
Nous entendions donner des coups,
Crier au feu, crier à l'aide.
A tout cela point de remède,
Sinon gagner vite les champs
Et laisser faire ces méchants.
Quoique j'eusse l'échine forte,
Mon bon père à la chèvre morte (4)
Ne put sur mon dos s'ajuster,
Ni je n'eusse pu le porter ;
Par bonheur je vis une hotte
Mon père dedans on fagote
Et tous nos dieux avecque lui ;
Puis, un banc me servant d'appui,
On charge sa lourde personne
Sur la mienne, qui s'en étonne
Et fait des pas mal arrangés
Comme font les gens trop chargés.

1. Boisseau : mesure de capacité ( = 12,5 litres) : par extension, récipient de cette contenance. 2. Mouchettes : ciseaux pour couper, moucher les chandelles.
3. Pris au vert : pris au dépourvu.
4. A la chèvre morte : comme une chèvre morte portée sur les épaules.

Scarron, Le Virgile travesti, II, v. 2753-2794


Les sièges