Athéna soutient les Achéens


(Athéna soutient les Achéens et transfigure Achille lorsqu'il va se montrer aux Troyens).

Sur ses fières épaules, Athéna vient jeter l'égide frangée ; puis la toute divine orne son front d'un nimbe d'or, tandis qu'elle fait jaillir de son corps une flamme resplendissante ...

Homère, Iliade, XVIII, v. 203 sqq.



(Un Troyen vise Ménélas)

Mais toi aussi, Ménélas, les Immortels bienheureux sont loin de t'avoir oublié et d'abord la fille de Zeus, la Ramasseuse de butin : elle se dresse devant toi et écarte le trait aigu. Elle l'éloigne de ton corps - tout comme une mère éloigne une mouche d'un fils qui s'étend pour un doux sommeil - et elle le dirige à l'endroit où [...] s'offre au coup une double cuirasse.

Homère, Iliade, IV, v. 127-133



(Diomède a appelé Athéna à son secours)

Il dit ; Pallas Athéné entend sa prière. Elle assouplit ses membres, ses jambes d'abord, puis, plus haut, ses bras ; après quoi, elle s'approche et lui dit ces mots ailés : "Maintenant combats sans crainte les Troyens, Diomède ; je mets en ta poitrine la fougue de ton père, cette fougue intrépide qu'en brandissant son bouclier montrait Tydée, le bon meneur de chars. J'écarte aussi de tes yeux le nuage qui jusqu'ici les recouvrait. Tu sauras de la sorte distinguer un dieu d'un homme. Si quelque dieu dès lors te vient ici tâter, garde-toi de combattre en face les divinités immortelles - sauf une : si la fille de Zeus, si Aphrodite entre dans la bataille, elle, frappe-la de ton bronze aigu."

Homère, Iliade, V, 121-132


Athéna