Un naufragé dont on s'occupe bien


(Ulysse, après un naufrage, est arrivé chez les Phéaciens)

Ulysse se levait et prenait à son tour le chemin de la ville : en son tendre souci, Athéna le couvrait d'une épaisse nuée, craignant qu'il ne croisât quelque fier Phéacien qui, l'insulte à la bouche, voudrait savoir son nom. Comme il allait entrer en cette ville aimable, voici qu'à sa rencontre Athéna s'avançait : la déesse aux yeux pers avait pris la figure d'une petite fille ; une cruche à la main, elle était devant lui, debout, et le divin Ulysse lui demanda : "Mon enfant, voudrais-tu me conduire au logis du seigneur qui régit ce peuple ? "[...] Athéna, la déesse aux yeux pers, répliqua : "Étranger, notre père ! Je m'en vais t'indiquer la maison que tu veux. [...] Mais suis-moi sans parler ; je te montre la route ; ne regarde personne et de demande rien."[...] En parlant Athéna le menait au plus court. Il suivait la déesse et marchait sur ses traces.

Homère, Odyssée, VII, v. 13-38 passim


Athéna