Mauvais présages avant la mort de César


Les derniers jours <avant sa mort> César apprit que les troupes de chevaux, qu'en franchissant le Rubicon il avait consacrées au dieu du fleuve et laissé errer sans gardien, se privaient obstinément de nourriture et versaient d'abondantes larmes. De plus, tandis qu'il sacrifiait, l'haruspice Spurinna l'avertit " de prendre garde à un péril qui ne serait pas reculé au-delà des Ides de mars ". [...] Durant la nuit qui précéda le meurtre, [...] sa femme Calpurnia rêva que le faîte de leur maison s'écroulait et que son mari était percé de coups entre ses bras.[...]

(César se rend néanmoins au Sénat)

Après avoir immolé plusieurs victimes sans pouvoir obtenir des présages favorables, il pénétra dans la Curie, méprisant tout scrupule religieux et se moquant de Spurinna qu'il accusait de mensonge, parce que les Ides de mars étaient venues sans qu'il eût le moindre mal; à quoi l'haruspice répondit " qu'elles étaient bien arrivées, mais non passées ".

Suétone, César, 81


César (100-44 av. J.-C.)