Perfidie des Marseillais


(Une trêve a été conclue peu de temps auparavant)

L'ennemi laisse passer quelques jours puis, l'élan de nos troupes calmé et leur énergie se relâchant, soudain, alors que les uns s'étaient éloignés et que les autres, fatigués par un long travail, s'étaient mis à faire la sieste dans les ouvrages mêmes, tandis que les armes étaient toutes rangées dans leurs housses, il fait une sortie par les portes et, secondé par un vent violent, met le feu aux ouvrages. Le vent le propagea si rapidement qu'en un instant la terrasse, les mantelets, la tortue, la tour, les pièces d'artillerie furent en flammes et que tout fut brûlé avant qu'on pût comprendre comment la chose s'était produite.

César, Guerre civile, II, 14


La guerre civile