Capitulation de Marseille


Les Marseillais, accablés par toute sorte de malheurs, réduits à une extrême pénurie de blé, vaincus deux fois sur mer, repoussés dans de nombreuses sorties, luttant, de plus, contre une grave épidémie causée par une longue réclusion et le changement de nourriture (car tout le monde se nourrissait de vieux millet et d'orge gâté, dont on s'était pourvu de longue date et qu'on avait entassés dans les greniers publics), [...] devant la destruction d'une de leurs tours, la ruine d'une grande partie du rempart [...] décidèrent de capituler loyalement.

César, Guerre civile, III, 22


La guerre civile