De Pharsale à la mort (48-44)


César, lancé à la poursuite de Pompée, s'attarde en Égypte pour régler le différend entre Cléopatre et son frère Ptolémée; puis il fait revenir rapidement (" Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu. ") dans l'obéissance à Rome le fils de Mithridate, Pharnace, roi du Pont et rentre enfin en Italie, d'où il est contraint de repartir en Afrique où les forces républicaines s'étaient reconstituées. Il les écrase à Thapsus : cinquante mille pompéiens périssent et Caton se suicide à Utique.

De retour à Rome, César doit de nouveau repartir en Espagne où les fils de Pompée ont levé une armée; César en triomphe à Munda, près de Cordoue (15 mars 45) : près de trente mille hommes périssent.

Ayant ainsi conquis tout ce qui obéissait à Rome, César se trouve véritablement maître du monde - du moins du monde connu à cette époque. A Rome, il est nommé dictateur à vie, grand pontife, augure, imperator à vie; objet d'un véritable culte, il occupe un siège en or dans la Curie, obtient le droit de marquer de son effigie les monnaies de Rome, etc.

Bien qu'en possession du pouvoir absolu, César va gouverner dans l'intérêt général : amnistie de ses anciens adversaires, retour des exilés politiques, auxquels il confie même souvent de hautes charges. Il entreprend une série de réformes, comme, par exemple, l'introduction de Gaulois et d'Espagnols au Sénat et la modification du calendrier (Suétone, César). Il s'efforce de procurer du travail aux pauvres et de reconstituer la classe moyenne; il donne des terres à ses vétérans pour fonder des colonies en Italie, en Afrique ou en Grèce, mais avec obligation de garder leurs terres pendant vingt ans. Il prend des mesures de sécurité publique contre les agitateurs, réforme le système des impôts, impose un contrôle sévère sur la gestion des magistrats et des gouverneurs de province.

Cependant, à Rome, ses ennemis ne désarment pas et même ceux qui se sont ralliés à lui comprennent vite qu'il entend demeurer le maître absolu et inaugurer un régime politique nouveau (Suétone, César). Un complot est donc tramé contre lui où entrent de nombreux sénateurs, dont Cassius et Brutus (neveu de Caton), ardents ennemis de tout despotisme et de toute tyrannie. César est assassiné en pleine séance du Sénat (Suétone, César), le jour des ides de mars 44 (15 mars).

De la jeunesse à la conquête de la Gaule La conquête de la Gaule La guerre civile César