Caton donne son avis


”En conséquence, voilà quel est mon avis : puisque le complot sacrilège de citoyens criminels a jeté la République dans les plus grands dangers, puisque d'après leurs propres aveux, confirmant la dénonciation [...] des députés Allobroges, ils sont convaincus d'avoir préparé le meurtre, l'incendie et autres affreux et cruels attentats contre leurs concitoyens et leur patrie, qu'ils soient, sur leur aveu, comme s'ils avaient été pris en flagrant délit de crime capital, mis à mort selon la coutume de nos ancêtres.”

Salluste, Conjuration de Catilina, LII, 36


Du consulat jusqu'à l'exil