Portrait contrasté du jeune Octave (par Cicéron et par Brutus)


- Le jeune César (= Octave) a un caractère d'un mérite étonnant. Ah ! puissé-je le guider et le retenir dans l'éclat de ses honneurs et de son crédit aussi facilement que je l'ai fait jusqu'ici ! C'est beaucoup plus difficile, mais j'ai confiance. On a persuadé au jeune homme - surtout moi - que c'est lui qui assure notre salut.

Cicéron, ad Brutum, I, 3, 1 (trad. E. Girard)

- Cicéron a tout fait avec d'excellentes intentions, je le sais; quelle chose peut m'être mieux connue que son amour pour l'État ? Mais, me semble-t-il, certaines des actions de cet homme extrêmement avisé ont été - comment dire ? - maladroites, ou dictées par l'intérêt.[...] Je te dirai seulement une chose : l'ambition et l'audace du jeune (Octave) ont été plutôt attisées que réfrénées par Cicéron et celui-ci lui accorde tant de complaisance que l'autre ne se prive pas de mauvais propos <à son égard>.

Cicéron, ad Brutum, I, 17, 1 (id.)


De l'exil à la mort