Désordre et confusion dans l'armée de Pompée


Là, rien de bon que la cause <à défendre>. Ce que voyant, désespérant de la victoire, je commençai à lui parler de paix; [...] puis, comme Pompée repoussait fortement cette idée, j'entrepris de le convaincre de traîner la guerre en longueur. Par moments, il m'approuvait et semblait devoir se tenir à cette position; il l'aurait fait si, à la suite d'un engagement victorieux, il n'avait commencé à se fier à son armée. Dès ce jour cet illustre général devint inexistant.. Avec de jeunes recrues et une armée enrôlée à la hâte, il s'attaqua à des légions extrêmement solides; vaincu, ayant même perdu son camp de la façon la plus déshonorante, il prit la fuite, seul. Ce fut là pour moi la fin de la guerre; je me suis retiré d'un combat où il aurait fallu soit tomber aux premières lignes, soit venir donner dans des pièges, soit tomber aux mains du vainqueur, soit [...] choisir un lieu d'exil, soit se donner volontairement la mort.

Cicéron, ad Familiares, VII, 3 (trad. E. Girard)


De l'exil à la mort