Portrait de Catilina


Lucius Sergius Catilina, issu d'une famille noble, avait une grande vigueur intellectuelle et physique, mais une âme mauvaise et dépravée. Dès son adolescence, il se sentit porté vers les guerres intestines, les meurtres, les rapines, la discorde entre les citoyens; et ce furent les exercices de sa jeunesse. Un corps capable de supporter la faim et le froid, l'insomnie à un degré inimaginable. Une âme audacieuse, fourbe, diverse, sachant tout simuler et tout dissimuler; avide du bien d'autrui, prodigue du sien; ardent dans ses passions; assez d'éloquence, de sagesse, peu. Son esprit insatiable aspirait sans cesse au démesuré, à l'incroyable, à l'excessif.

Salluste, Conjuration de Catilina, V


Du consulat jusqu'à l'exil