Châtiment des marins tyrrhéniens


Cet épisode de la vie de Dionysos est raconté par Acétès, un des ministres du dieu, à Penthée, aux mains duquel il est tombé ; (en fait, cet Acétès n'est autre que le dieu lui-même.) des marins tyrrhéniens s'étaient prépareés à vendre comme esclave l'enfant Dionysos qu'ils ont pris à leur bord. Mais soudain ...

Le navire s'arrêta sur les eaux, immobile comme s'il eût été à sec dans une rade. Les autres étonnés persistent à frapper la mer avec leurs rames ; [...] mais des tiges de lierre embarrassent les rames ; leurs noeuds s'enroulent et serpentent de toutes parts. [...]

Le dieu lui-même, le front ceint de rameaux de vigne chargés de raisins, brandit une lance voilée de pampres ; autour de luisont couchés, apparitions illusoires, des tigres, des lynx et des panthères féroces au corps tacheté. Les matelots se sont jetés à la mer sous l'empire de la folie ou de la terreur ; le premier, Médon, est devenu tout noir et son dos, se soulevant, s'est plié en forme d'arc. Alors Lycabas se met à lui dire : "Par quel es-tu ainsi transfiguré ?" Tandis qu'il parlait, sa bouche s'élargit, son nez se courbe, sa peau durcie se couvre d'écaille. Lybis voulait retourner les rames qui résistaient ; il a vu ses mains se contracter et se rétrécie ; ce ne sont plus des mains ; on ne peut plus que les appeler des nageoires.

Tous les marins sont ainsi transformés en dauphins

Ovide, Les Métamorphoses, III, v. 660-678


Dionysos