Protagoras et sa cour


Protagoras est de passage à Athènes . Hippocrate souhaite faire partie de ses élèves et a demandé à Socrate de le présenter au célèbre sophiste. Il se rendent donc tous deux chez Callias, citoyen athénien dont Protagoras est l'hôte.

 En entrant, nous trouvâmes Protagoras en train de se promener dans le vestibule.

Il était escorté dans sa promenade d'un côté par Callias, fils d'Hipponicos, par le frère de Callias, né de la même mère, Paralos, fils de Périclès, et par Charmide, fils de Glaucon ; de l'autre côté par le second fils de Périclès, Xantippe, par Philippidès, fils de Philomélos, et par Antimoreos de Mendé, le plus distingué des disciples de Protagoras, auprès de qui il apprenait le métier de sophiste pour l'exercer lui-même à son tour.

D'autres suivaient en arrière, écoutant leur conversation, des étrangers pour la plupart, que Protagoras entraîne à sa suite hors de toutes les villes qu'il traverse, les tenant sous le charme de sa voix comme un nouvel Orphée et qui sont forcés de le suivre par l'effet du charme ; mais aussi dans le choeur quelques gens d'ici.

La vue de ce choeur me donna une grande joie par la beauté des évolutions grâce auxquelles ils avaient soin de ne jamais se trouver devant Protagoras de manière à lui faire obstacle : chaque fois qu'il faisait demi-tour avec ses voisins de la première ligne, les auditeurs de l'arrière, avec un ensemble admirable, entrouvraient leurs rangs à droite et à gauche et, par une marche circulaire, se retrouvaient derrière lui : c'était merveilleux.

 Platon, Protagoras, 314e-315 b


L'éducation nouvelle