Vanité des spéculations métaphysiques


 Je conseillerais donc aux jeunes gens de consacrer un certain temps à ces disciplines, sans toutefois laisser leur esprit se dessécher ou se perdre dans les théories des anciens sophistes, dont l'un prétendait que les êtres sont en nombre infini, tandis qu'Empédocle n'en voyait que quatre avec la discorde et l'amour entre eux, Ion n'en comptait pas plus de trois, Alcméon deux seulement, Parménide et Mélissos un, Gorgias absolument aucun.

Je pense en effet que de telles inventions extraordinaires ressemblent aux tours d'adresse qui ne servent à rien et attirent cependant un cercle de sots ; que les gens qui veulent faire quelque chose d'utile, doivent supprimer de toutes leurs occupations les paroles vaines et les actes qui ne contribuent en rien à la conduite de la vie.

 Isocrate, Sur l'échange, 268-269


L'éducation nouvelle