Nécessité d'une progression lente et analytique


Quant aux syllabes, je n'indiquerai pas de méthode abréviative. Il faut les apprendre toutes et sans ajourner comme on le fait ordinairement, les plus difficiles, afin de les reconnaître sur le champ dans tous les mots qu'on aura à écrire. Qui plus est, on ne se fiera pas à ce qu'on les aura apprises une fois ; mais on y reviendra incessamment pour se les bien inculquer. Qu'on ne se hâte pas trop non plus de lire rapidement et de suite, à moins que la liaison des lettres entre elles ne soit tellement naturelle et claire qu'elle puisse se faire sans aucun effort de pensée. Alors on commencera à former des mots avec les syllabes et avec des mots on construira des phrases. On ne saurait croire combien on se retarde dans la lecture en voulant trop se presser.

Quintilien, Institution Oratoire, I, l 30-34


L'école du magister ludi