Une femme indépendante et cultivée.


On raconte que Comélia supporta son malheur - la mort de ses deux fils, Tibérius et Caius Gracchus, après beaucoup d'autres deuils - avec noblesse et grandeur d'âme [...] Elle passa le reste de sa vie au lieu appelé Misène, sans rien changer à son régime habituel. Elle avait beaucoup d'amis et une grande table pour les accueillir. Elle était toujours entourée de Grecs et de lettrés, et tous les rois recevaient d'elle et lui envoyaient des présents. Elle était très agréable pour ses visiteurs et leur retraçait dans la conversation l'existence et la façon de vivre de son père, l'Africain.

Plutarque, Caius Gracchus, XIX, 1-3


L'INFLUENCE GRECQUE