L'embrigadement des enfants


Lycurgue ne mit point les enfants des Spartiates sous l'autorité de serviteurs achetés ou salariés et ne permit à personne d'élever et de gouverner son fils à sa fantaisie ; mais, dès qu'ils étaient parvenus à l'âge de sept ans, il les prenait tous lui-même, les répartissait en bandes, et, les faisant vivre et manger en commun, il les habituait à jouer et à travailler ensemble.

A la tête de chaque bande, ils mettait celui d'entre eux qui était le plus avisé et qui se montrait le plus acharné à la bataille ; ils attachaient les yeux sur lui, exécutaient ses ordres et enduraient sans mot dire les punitions qu'il leur infligeait, si bien que l'éducation était un apprentissage de l'obéissance.

Les vieillards surveillaient leurs jeux et suscitaient souvent entre eux des querelles et des luttes, afin de connaître à fond, en les observant, le caractère de chacun et de savoir s'il serait audacieux et ne se déroberait pas dans la bagarre.

 Plutarque, Lycurgue, XVII, 7-9


l'éducation à Sparte