Le sanctuaire


Comme l'une des légendes le faisait naître à·Epidaure,·cet endroit, devint donc le sanctuaire du dieu. Mais il y eut ensuite plusieurs autres sanctuaires consacrés à Asklépios, notamment à Cos où naquit Hippocrate - qui affirmait descendre du dieu.
Le sanctuaire a été largement pillé au siècle dernier et les fragments des monuments encore conservés au musée nous font regretter l'ampleur de ce pillage.
Les ruines actuelles s'étendent sur un vaste plateau, sous les pins d'un bois sacré. Elles comprennent un stade, une palestre, un gymnase, des bains et, autour du temple d'Asklépios, un portique où se couchaient les malades. Près du temple se trouve un monument circulaire assez mystérieux, la Tholos, (Pausanias, Périègèse) dû à Polyclète le Jeune (IVè siècle); elle est constituée de six murs circulaires successifs, les trois murs extérieurs en continu, les trois murs intérieurs percés de portes ; l'ensemble constitue un véritable labyrinthe; comme l'autre nom de cet édifice est "thymèlè" (=autel), on suppose que la tholos était un lieu de sacrifices.
Enfin, au S.-E. de l'ensemble des ruines, le théâtre (Pausanias, Périègèse) situé sur un versant du mont Kynortion ; il s'intègre parfaitement dans le flanc de la montagne et présente, vu d'avion, l'aspect d'une coquille parfaite.
Dû aussi à Polyclète le Jeune, il se caractérise par un véritable miracle acoustique : le son le plus léger émis au centre de l'orchestra s'entend jusqu'au dernier des 55 gradins. Ce théâtre de 14000 places n'est pas un des plus grands de la Grèce mais un des plus harmonieux.

 

 Epidaure

 site légende   culte d'Asklépios