Le culte d'Asklépios


On a peu de renseignements sur ce culte.
Héros d'abord local ( et sans doute, en fait, originaire de Thessalie), son culte apparaît à Epidaure vers le VIè siècle, puis à Athènes au Vè siècle, à l'époque de la peste dont fut victime Périclès; c'est le poète Sophocle qui a accueilli Asklépios à Athènes.
A Epidaure, il n'y avait aucun personnel médical spécialisé (contrairement à ce qui se passait à Cos). Les malades qui venaient consulter le dieu devaient offrir leur premier sacrifice rituel à Apollon ; puis, sur les indications des prêtres ils se couchaient dans l'abaton (160 chambres environ) ou portique secret (abaton = inaccessible), qu'on appelait aussi enkoimétérion (portique d'incubation). Le dieu apparaissait alors en rêve au consultant ("épiphanie") et effectuait, en rêve aussi, la guérison (Aristophane, Plutus). Il prenait le plus souvent, à l'origine, l'apparence d'un serpent (Pausanias, Périègèse) ; plus tard le dieu s'est transformé et a été vu et adoré sous forme humaine ; mais les représentations du dieu le montrent toujours avec un serpent enroulé autour du bâton sur lequel il s'appuie (cf. aujourd'hui les autocollants signalant les voitures des médecins). De nombreuses inscriptions ont été découvertes relatant ces guérisons miraculeuses (Inscriptions de l'Asklépéion d'Epidaure), la reconnaissance des malades se traduisait par de riches offrandes, qui ont, d'ailleurs, attiré bien des convoitises!


Plus tard, et notamment à l'époque romaine, les prêtres d'Asklépios eurent recours à la médecine pour aider ces guérisons miraculeuses ; les ruines d'un sanatorium et une station thermale le prouvent.
Le culte d'Asklépios s'est maintenu pendant près de mille ans, grâce aux Asclépiades qui, de père en fils, pratiquèrent l'art de la médecine et nombre des instruments chirurgicaux dont ils se servirent (voir au musée) sont encore reconnaissables de nos jours. Enfin, tous les quatre ans, neuf jours après les Jeux Isthmiques, on célébrait des fêtes gymniques et dramatiques, les Asklépeia (Platon, Ion). De nos jours, des représentations dramatiques ont lieu tous les ans au théâtre.

Epidaure   site   légende  sanctuaire